Services offerts :


DES SERVICES PROFESSIONNELS DE QUALITÉ

 

Depuis près de 30 ans que j'offre, à titre de psychothérapeute, toute une gamme de services psychologiques professionnels.

 

Je travaille avec une approche intégrée basée sur l'approche émotivo-rationnelle.

 

Je suis membre de l'Ordre professionnelle des criminologues du Québec et je détiens un permis de l'Ordre des psychologues du Québec.

 

J'offre aussi des services reconnus par la CSST, CALAC, CAVAC, etc.

Infographie : Clermont Concept
Infographie : Clermont Concept

Consultation par vidéo-conférence


En personne à mon bureau



Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me joindre. Par téléphone : 819 384-0884

Par courriel : dborgia@dianeborgia.com.       Par message direct : voir ci-dessous.


Pour m'envoyer un message directement, complétez le formulaire ci-joint.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.


Bonne nouvelle! l

Desjardins assurances, qui offre une couverture d'assurance aux fonctionnaires syndiqués du Québec (médecins et agents de la paix en services correctionnels) couvre maintenant les services rendus par les psychothérapeutes détenants un permis de l'Ordre des psychologues du Québec.

 

De plus, le Comité paritaire intersectoriel des assurances au Secrétariat du Conseil du trésor a été interpellé afin qu'il sensibilise les preneurs de contrats d'assurances collectives et les programmes d'aide aux employés pour qu'ils ajoutent les psychothérapeutes à leurs contrats d'assurances.

LE REMBOURSEMENT PAR LES ASSUREURS DES SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE RENDUS PAR LES PSYCHOTHÉRAPEUTES AU QUÉBEC… DEUX POIDS, DEUX MESURES !

Plusieurs personnes détenant une assurance couvrant le service de psychothérapie rendu par les psychologues ne sont pas remboursé pour ce même service rendu par un psychothérapeute accrédité par l’Ordre des psychologues du Québec.

Ce refus de remboursement de la part de ces assureurs va à l’encontre de la loi 21 qui reconnait l’équivalence des services de psychothérapie dispensés autant par les psychothérapeutes détenteur d’un permis de l’Ordre des psychologues du Québec que par des psychologues.

 

Cette situation est tout à fait injuste autant envers les assurés, qui ont le droit de choisir leur psychothérapeute, qu’envers les psychothérapeutes accrédités. C’est pourquoi il m’apparaît important de sensibiliser la population relativement à cette situation discriminatoire.

 

RAPPEL DES CHANGEMENTS LÉGISLATIFS IMPORTANTS DEPUIS 2012 [1]

Le 21 juin 2012, une nouvelle Loi est entrée en vigueur. Il s’agit de la loi 21 régissant le titre réservé de psychothérapeute ainsi que l’acte de psychothérapie. Ainsi, depuis 2012, le service de psychothérapie offert par les psychothérapeutes détenant le permis de psychothérapeute délivré par l’Ordre des psychologues du Québec est légalement défini par la loi 21.

 

L’esprit de la Loi est de permettre à tout psychothérapeute reconnu d’exercer le service de psychothérapie avec légitimité, et de reconnaître l’équivalence des services psychologiques de psychothérapie offerts par les psychologues, les médecins et les psychothérapeutes.

 

La loi 21 défini la psychothérapie comme suit : « La psychothérapie est un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d'une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d'un rapport de conseils ou de soutien. »

 

Les psychothérapeutes détenteurs de permis sont donc reconnus par leur Ordre, leur association professionnelle ainsi que par la délivrance du permis, comme ayant la capacité et le professionnalisme requis pour accompagner et traiter les personnes en souffrance psychologique, en détresse ou autres, demandant conseil et soutien, et ce de la même façon que les psychologues sont reconnus par leur Ordre pour l’exercice de la psychothérapie.

 

COMPÉTENCES EXIGÉES POUR L’OBTENTION D’UN PERMIS DE PSYCHOTHÉRAPEUTE

Pour l’obtention du permis, les psychothérapeutes ont eu à compléter des heures de formation dûment accréditées par l’Ordre des psychologues du Québec ainsi que les heures de supervision exigées par ce dernier. Tel que spécifié dans les règlements de la loi 21, ils doivent aussi, tout comme les psychologues, répondre aux exigences d’heures de formation continue requises.

 

ÉGAUX DEVANT LA LOI

Au terme de la Loi, les services de psychothérapie sont reconnus, et ce au même titre, qu’ils soient dispensés par les psychologues, par les psychothérapeutes ou par les médecins. Ce fait a une incidence importante sur les politiques de remboursement des assureurs auprès des personnes bénéficiant des services d’un psychothérapeute.

 

SANS COÛTS SUPPLÉMENTAIRES POUR LES ASSUREURS

Il est important de noter que le fait d’accepter les frais d’un psychothérapeute n’occasionne aucun coût supplémentaire à l’assureur, que l’assuré choisisse un psychologue ou un psychothérapeute puisqu’un assuré qui suit des traitements de psychothérapie consultera un des deux professionnels et non pas les deux simultanément. Donc, ceci ne devrait vous occasionner aucuns frais supplémentaires en tant que client d’un assureur.

 

POSITION DES ASSUREURS

En 2014, la Société Québécoise des Psychothérapeutes Professionnels a amorcé une campagne de sensibilisation auprès des assureurs au Québec. La plupart des principaux assureurs ont confirmé leur accord, reconnaissant que les soins de psychothérapie sont équivalents qu’ils soient dispensés par un psychothérapeute ou par un psychologue.

 

Par contre, les assureurs ne peuvent pas changer les termes du contrat de leurs clients de groupe à moins que la demande soit faite par le client, c’est donc aux représentant des ressources humaines des entreprises de faire la demande. Puisqu’il ne s’agit pas d’un ajout mais d’une modification qui permet à votre compagnie d’assurance de se conformer à la loi 21, cette demande devrait se faire sans entraîner aucun coût supplémentaire.

 

Sans ce changement aux contrats d’assurances, plusieurs employés seront privés de soins importants et restreints dans leur choix de thérapies.

 

La Loi est très claire sur l’équivalence des dispensateurs de ces traitements, c’est pourquoi nous invitons la population à faire valoir son droit en tant que consommateur de produits d’assurances de groupe et à demander à la personne ressource de sa compagnie ou à son assureur que le mot « psychothérapeute » soit ajouté à l’alinéa de votre police d’assurances collectives qui nomme les psychologues dans les soins paramédicaux éligibles.

 

En espérant que ces quelques précisions sur la loi 21 en vigueur permettront de rectifier la situation afin que les reçus émis par les psychothérapeutes détenteurs d’un permis au Québec soient enfin reconnus par tous les assureurs du Québec.

 

Diane Borgia, B.Sc., e.r.

Criminologue-psychothérapeute

Experte en codépendance et en gestion des émotions

Clinicienne, formatrice, conférencière et auteure

dborgia@dianeborgia.com.

 



[1] Tiré de la lettre de la Société Québécoise des psychothérapeutes professionnels (http://www.sqpp.org/)