Épisode # 24 C’est difficile de se rétablir de la codépendance


Gracieuseté <a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>
Gracieuseté <a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>

J'ai eu ma première journée d'intégration au travail hier. Je suis maintenant intervenante sociale dans une soupe populaire avec des gens très hypothéqués, mais très attachants. Ce sont des bénévoles qui travaillent à la cuisine et des ex-détenus, ex-toxicomanes ou ex-itinérants aux tâches connexes. Des gens qui se battent pour s'en sortir et qui ont chacun une historique de vie assez difficile. J'ai beaucoup à apprendre d'eux. Ce n'est sûrement pas par hasard si je suis arrivée dans ce monde-là juste à ce moment dans ma vie. Je ne serais pas capable de travailler dans un tel milieu trente-cinq heures par semaine, mais deux jours semaine, ça me convient pour le moment. Et l'équipe est vraiment chaleureuse, beaucoup d'entraide...

 

J'ai très bien géré mon stress et retrouvé mes réflexes d'intervenante assez rapidement. Le vrai test sera en fin de semaine prochaine, car je serai seule pour intervenir et faire rouler la place. Je suis un peu stressée quand j'y pense, mais j'essaie d'éviter de faire de l'anticipation. Je suis contente de travailler à nouveau.


La fin de semaine dernière a été très difficile pour moi au niveau personnel. Mais en même temps, tout ce qui est arrivé avec mon Ex dernièrement, me fait prendre conscience de l'ampleur de ses problèmes. J'ai trop souvent eu l'impression, et aujourd'hui encore, que le problème dans notre couple c'était moi. Il me l'a tellement répété que j'ai fini par y croire, mais là cette pensée commence à changer.


Il dit qu'il ne peut rompre avec cette femme, car il en a besoin et que d’être avec elle, c'est pour lui comme s’il «calait» 5-6 bières. Je ne crois pas me tromper en disant qu'il est dans une relation toxique. Il reproduit le même pattern amoureux. Il quitte ses conjointes en disant qu'il veut être seul pour régler ses problèmes et aussitôt qu’il est seul, il s'accroche à la première femme qui s'intéresse à lui. Et ensuite, il dit qu'il ne cherchait rien, mais que ce sont les femmes qui s'accrochent à lui. C'est vraiment déroutant par moment.

 

 

Je me rends compte que je doute beaucoup de mon jugement dans ma vie intime. Professionnellement, je n'ai pas de doute sur ce qu'il est adéquat de faire ou non. J'ai un bon jugement professionnel, mais lorsqu'il s'agit de ma vie amoureuse je deviens avec le jugement d'une enfant de 5 ans.


Je réalise de plus en plus, ce que tu voulais dire quand tu me disais qu'un rétablissement ce n'est pas magique !

 

Depuis lundi dernier, je n'ai eu aucun contact avec l’Ex. C'est un choix que j'ai fait dimanche, car j'ai pris conscience que c'était un passage obligé pour mon rétablissement. En fait, j’ai réalisé que je continuais d'entretenir une dépendance envers lui malgré la séparation. Nous étions en lien tous les jours pas physiquement, mais de toutes sortes d'autres manières. C’est une grande victoire pour moi, car c'est la première fois depuis sept mois que je suis aussi longtemps sans entrer en contact avec lui.

 

Comme tu me l’as déjà dit, je ressens effectivement des effets de sevrage en ce moment et cela m'amène à prendre contact avec des émotions douloureuses. Avoir pris cette décision a aussi un effet calmant sur moi. J'ai le sentiment d'avoir pris une décision très importante, car ainsi je prends soin de moi plus adéquatement.


En même temps, je réalise que le fait d'entrer en contact avec mes émotions me fait mal, mais m’apporte aussi un certain soulagement. J’ai l’impression que chaque jour je vide un peu un gros abcès. Je pleure souvent ces temps-ci, mais étonnamment, j'angoisse beaucoup moins. Chaque fois que j'accepte de ressentir mes émotions et de les exprimer, je me sens mieux durant les jours suivants. Mais ça prend souvent douze à vingt-quatre heures pour ressentir un certain soulagement. Mise à part la nourriture dans laquelle je continue de m’anesthésier occasionnellement, mais sans les excès de jadis, je ne suis pas retourné dans mes autres moyens anesthésiants.

 

Finalement, en écrivant ces mots dans mon journal, je prends conscience que je me rétablie petit à petit. Ce n’est pas magique, mais les outils et l’aide que tu me fournis Diane, me sont très utiles. Merci à toi chère Diane.

 

ISA


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.